L’ Épigénétique

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

UN GÉNOME, PLEIN DE POSSIBILITÉ !

Chacune de nos Cellules contient l’Ensemble de notre Patrimoine Génétique : 46 Chromosomes Hérités de nos Parents sur lesquels on compte environ 25 000 Gènes. Mais si toutes nos Cellules contiennent la même Information, elles en font visiblement un Usage Différent. Une Cellule de la Peau ne ressemble en rien à un Neurone. Une Cellule du Foie a d’autres Fonctions qu’une Cellule du Cœur. De même, des Jumeaux qui partagent le Même Génome sont Imparfaitement Identiques ! Dans ces exemples et dans bien d’autres, la Clé du Mystère se nomme "Épigénétique".

L'Épigénétique, mot-valise de "Épigenèse" et "Génétique" est la Discipline de la Biologie qui étudie la Nature des Mécanismes Modifiant de Manière Réversible, Transmissible lors des Divisions Cellulaires et Adaptative l'Expression des Gènes sans en changer la Séquence Nucléotidique de l’ADN : Adénine - Guanine - Thymine – Cytocine. Alors que la Génétique correspond à l’Etude des Gènes, l’Épigénétique s’intéresse à une « Couche » d’Informations Complémentaires qui définit Comment ces Gènes vont être utilisés par une Cellule ou pas. C'est un Concept qui dément, en partie, la « Fatalité » des Gènes. L'Épigénétique est d'abord la Mise en Evidence par la Différenciation Cellulaire puisque toutes les Cellules d'un Organisme Multicellulaire ont le Même Patrimoine Génétique, mais l'expriment de Façon Très Différente selon le Tissu auquel elles appartiennent. Puis ce sont les Possibilités d'Evolution d'un Même Œuf en Mâle ou Femelle chez les Tortues, en Reine ou Ouvrière chez les Abeilles, qui prouvent que des Mécanismes peuvent lier des Facteurs Environnementaux et l'Expression du Patrimoine Génétique. En Matière d'Evolution, l'Épigénétique permet d'expliquer Comment des Traits peuvent être acquis, éventuellement, transmis d'une Génération à l'autre ou encore perdus après avoir été hérités. La Mise en Lumière Récente de ces Moyens Épigénétiques d'Adaptation d'une Espèce à son Environnement est, selon Joël De ROSNAY en 2011, « la Grande Révolution de la Biologie de ces Cinq Dernières Années », car elle montre que dans certains cas, notre Comportement agit sur l'Expression de nos Gènes. Elle explique aussi le Polyphénisme, par exemple, les Changements de Couleur en Fonction des Saisons, tel le Renard Polaire qui devient Blanc en Hiver. L'Épigénétique a des Applications Possibles en Médecine, avec des Perspectives Thérapeutiques Nouvelles, notamment, à l'Aide d'« Épi-Médicaments », mais aussi, en Biologie Du Développement, Agronomie ou Nutrition.

PRÉSENTATION

L'Épigénétique est l'Etude des Changements d'Activité des Gènes, donc, des Changements de Caractères qui sont transmis au Fil des Divisions Cellulaires ou des Générations, sans faire Appel à des Mutations de l'ADN Par exemple, une Même Larve d'Abeille devient une Reine ou une Ouvrière en Fonction de la Façon dont elle est nourrie, et un Même Œuf de Tortue peut éclore en Mâle ou Femelle en Fonction de la Température. Il s'agit bien de l’Expression du Même Code Génétique Global, mais des Facteurs Environnementaux ont sélectionné une Expression plutôt qu'une autre, chacune étant Disponible dans la « Base de Données » Génétique. Autrement dit, l'Épigénétique concerne l'Ensemble des Mécanismes qui gouverne la Façon dont le Génotype est utilisé pour créer un Phénotype.

PRINCIPE

Par Analogie, on peut rapprocher le Couple Génétique - Épigénétique à l'Ecriture et à la Lecture d'un Livre.

« On peut, sans doute, comparer la Distinction entre la Génétique et l'Épigénétique à la Différence entre l'Ecriture d'un Livre et sa Lecture. Une fois que le Livre est écrit, le Texte (les Gènes ou l'Information Stockée sous Forme d'ADN) est le Même dans tous les Exemplaires Distribués au Public. Cependant, chaque Lecteur d'un Livre Donné a une Interprétation Légèrement Différente de l'Histoire, qui suscite en lui des Emotions et des Projections Personnelles au FIL des Chapitres. D'une Manière très Comparable, l'Épigénétique permet Plusieurs Lectures d'une Matrice Fixe (le Livre ou le Code Génétique), donnant lieu à Diverses Interprétations, selon les Conditions dans lesquelles on interroge cette Matrice. » S'il existe une "Base de Données Génétique", sa Lecture s'effectue de Façon Éminemment Diverse en Fonction des Modifications Épigénétiques qui sont apportées au Génome et à la Chromatine. La Transmission de l'Héritage Génétique s'accompagne également de celle d'un Héritage Épigénétique.

MISE EN ÉVIDENCE

Si les Caractères de l'Individu sont déterminés par les Gènes, Pourquoi toutes les Cellules d'un Organisme sont-elles Différentes ? Cette Interrogation de Thomas MORGAN qui se rapporte aux Organismes Pluricellulaires impose le Constat de Différences Possibles dans l'Expression d'un Même Génome car les Cellules d'un Même Organisme ou Cellules Somatiques sont Génétiquement Identiques, Clones les Unes des Autres. Sauf cas exceptionnel de Mutation Spontanée ou lors du Développement des Lymphocytes T, les Cellules Issues d'une Seule Cellule Œuf et Dupliquées par Mitose partagent exactement le Même Patrimoine Génétique. Pourtant un Neurone, un Globule Blanc, ou encore une Cellule Épithéliale sont très Différentes les Unes des Autres. « Cadre Classique de l'Épigénétique », cette Différenciation Cellulaire sur la Base d'un Même Code Génétique est un Objet d'Etude de la Biologie du Développement. L'Existence de Phénomènes Épigénétiques se trouve également Illustrée par les Différences Physiques et Biologiques Constatées chez des Animaux de Laboratoire Clonés, ou chez les Clones Naturels que sont les Vrais Jumeaux Monozygotes chez qui les Empreintes Épigénétiques sont Beaucoup Plus Semblables à 3 ans qu'à 50 ans. Une Vaste Etude est toujours en cours pour caractériser les Différences entre Jumeaux Monozygotes. Si ces Mises en Evidence concernent principalement des Êtres Pluricellulaires Eucaryotes, des Phénomènes Épigénétiques ont aussi été Mis en Evidence chez des Êtres Unicellulaires aussi bien Eucaryotes (par exemple la Levure) que Procaryotes.

HISTOIRE

Le Terme Épigénétique a été introduit à Plusieurs Reprises dans l'Histoire de la Biologie, avec à chaque fois, un Sens Différent. L'Histoire de l'Épigénétique peut se rapporter aux Théories qui se demandent si la Totalité des Caractéristiques d'un Individu est contenue dans l'Œuf dont il est issu, aux Théories de l'Influence du Contexte sur la Génétique, ou encore, à la mise en Evidence Moléculaire de ces Mécanismes et de la Réversibilité sur quelques Générations d'un Caractère, en particulier, s'il est créé par l'Environnement.

L’ ÉPIGÉNÈSE

Le Mot Épigenèse remonte à Aristote qui nomme ainsi le Développement d'un Œuf Informe de Façon Graduelle aboutissant à un Organisme aux Tissus Différenciés. Cette Théorie s'oppose au Préformationnisme dont les Tenants qui se réclament d'Hippocrate postulent que l'Être Vivant préexiste en Miniature dans le Germe. La Théorie de l' Épigenèse est soutenue par l'Embryologiste William HARVEY qui postule en 1651 dans son Ouvrage Intitulé Exercitationes de Generatione Animalium que « tout ce qui vit vient initialement d'un Œuf ». À la même Epoque, la Théorie Préformationniste ou Préformiste a l'Appui de Marcello MALPIGHI, tandis que Nicolas HARTSOEKER n’est pas Préformiste, mais Disséminationniste (Hypothèse selon laquelle les Germes des Animaux sont incréés et dispersés à travers le Monde). Le Débat entre Epigénisme et Préformationnisme est une Controverse Majeure de la Biologie au cours des Siècles Suivants, à travers notamment l'Ovisme et l'Animalculisme. Elle prend fin au milieu du XIXème Siècle avec le Développement de la Théorie Cellulaire et du Rôle de la Cellule, déjà Envisagée par BUFFON dans son Histoire Naturelle Générale et Particulière. À cette époque, Bénédict Augustin MOREL propose une Théorie de la Dégénérescence en 1857, expliquant que le « Crétin des Alpes » est le Dernier Rejeton d’une Longue Lignée d'Individus de plus en plus Dégénérés, rejetant l'Hypothèse d'un Manque d'Iode, pourtant confirmée depuis.

ÉMERGENCE DE L' ÉPIGÉNÉTIQUE

On attribue la Paternité de l'Épigénétique dans son Sens Moderne au Biologiste et Embryologiste Conrad Hal WADDINGTON qui la définit en 1942 comme une Branche de la Biologie étudiant les Implications entre les Systèmes Gènes + Environnement et leurs Produits donnant Naissance au Phénotype d'un Individu. Cette Idée vient combler des Lacunes du Modèle Génétique postulant une Equivalence Unique entre Phénotype et Génotype qui ne peut expliquer tous les Phénomènes Liés à la Différenciation Cellulaire. Il est alors élaboré une Théorie dans laquelle chaque Cellule Indifférenciée passe par un Etat Critique qui est Responsable de son Développement Futur, non uniquement, lié à ses Gènes, et pour cette Raison Qualifié d'Épigénétique.

Dans les années 1960 et 1970, les Expérimentations en Biologie Moléculaire fleurissent et donnent lieu à des Prix Nobel. En 1965, pour François JACOB, Jacques MONOD et André LWOFF, qui mettent en Evidence le Rôle de l'ARN dans le Contrôle Génétique des Synthèses Enzymatiques et Virales. En 1975, pour David BALTIMORE et Howard TEMIN, qui mettent en Evidence le Phénomène de Transcription Inverse, la Synthèse d'un Brin d'ADN à partir d'une Matrice ARN. Ces Mécanismes Annexes à la Génétique sont Fondamentaux dans la Compréhension et l'Emergence de l'Épigénétique, mais ils ne remettent pas en cause le Modèle Standard de Compréhension de l'Evolution, la Théorie Synthétique de l'Evolution, où seuls le Hasard des Mutations Génétiques et la Sélection Naturelle sont en Cause. Cette Certitude Scientifique reste Inébranlable jusque dans les années 1990, pendant lesquelles, cette Théorie Synthétique est confrontée au Séquençage Complet de Plusieurs Génomes, ce qui suggère, qu'elle doit être complétée, car la Communauté Scientifique n'y découvre pas la Totalité des Effets Phénotypiques dont elle espérait l'Explication.

Cette Difficulté Inattendue remet au goût du jour la Recherche de Facteurs Externes au Génome. L'Épigénétique, ainsi redéfinie, revendique alors sa Place comme Prolongement et Complément de la Génétique Classique, notamment, dans le Domaine de la Nutrition, de la Reproduction, et comme « Aspect de la Post-Génomique » accompagnant la Recherche dans son Passage de l'Etude du Génome à celui de l' Epigénome.

Dans les années 1980, Robin HOLLIDAY nomme « Hérédité Épigénétique ». En 1999, l’Hérédité, mise en Evidence chez les Mammifères par Emma WHITELAW. L' Etape Suivante qui se développe depuis les années 2000 est le Travail sur le Rôle de Facteurs Environnementaux sur l'Expression Génétique, comme en 2007 avec l'Exposition au Bisphénol A qui perturbe la Méthylation de l'ADN de souris. On étudie alors la Possibilité de Transmission Des Caractères Acquis et le Rôle des Gamètes pour savoir si elles peuvent conserver certains des Marqueurs Épigénétiques. Souvent Polémique parce que non Prévue par la Théorie Synthétique de l'Evolution (bien que son Principe ait été suggéré par LAMARCK hors de toute Connaissance Génétique, et que DARWIN lui-même laisse ouverte explicitement dans L'Origine des Espèces la Possibilité chez les Chiens Pointers des Effets Cumulatifs du Dressage, mais surtout, parce que prises à tort par le Grand Public pour une Réfutation de l'Existant plutôt qu'un Complément. Ces Etudes accordent volontiers à l'Épigénétique un Rôle Davantage que Marginal pour expliquer quelques Mécanismes d'Adaptation et d'Evolution des Formes Vivantes.

D'autres Dimensions du Rôle de l'Épigénétique sont aussi explorées comme son Incidence sur les Neurones pour stabiliser leurs Connexions Synaptiques, ce qui a un Rôle sur la Mémoire à Long Terme; ou l'Effet d'un Stress Infantile sur la Sensibilité au Stress à l'Âge Adulte par son Effet sur la Méthylation de l'ADN des Récepteurs au Glucocorticoïde.

CODAGE ÉPIGÉNÉTIQUE ET ÉVOLUTION

L'Épigénétique propose des Explications au Sujet de la Transmission Des Caractères Acquis. La Sélection Naturelle Combinée à la Génétique et au Hasard des Mutations est les Seuls Facteurs Reconnus de l'Evolution depuis August WEISMANN, et jusqu'à l'Apparition de l'Épigénétique dans les années 1990. Pourtant, l'Idée de la Possibilité de transmettre des Caractères Acquis est abordée entre autres par ARISTOTE, Jean-Baptiste DE LAMARCK, Charles DARWIN, ou encore Ivan MITCHOURINE et LYSSENKO.

Les Caractères Épigénétiques ne s'opposent pas aux Théories Génétiques Associées à la Sélection Naturelle, mais les complètent. Ainsi, l'Hérédité Épigénétique présente une plus Grande Sensibilité à l'Environnement et une Stabilité Inférieure à celle des Modifications de la Séquence de l'ADN.

Selon Jean-Claude AMEISEN qui vulgarise le Sujet, les Expérimentations Scientifiques dans le Domaine se sont multipliées dans les années 2000 et 2010. Par exemple, sur la Transmission de Caractères Provoqués par le Contexte, comme la Présence d'une Odeur ou un Vécu Traumatique. Chez la Souris, par exemple, un Trauma Précoce semble avoir des Répercussions Comportementales et Métaboliques sur les Générations Suivantes, y compris si les Descendants n'ont jamais été mis en Contact avec les Parents (Fécondation In Vitro et « Mère Porteuse »). Globalement, l'Etude de ce qui est transmis par les Cellules Séminales Paternelles est utilisée afin d'isoler des Caractères Exclusivement Innés.

On a récemment montré (2017) chez le Rat de Laboratoire que l'Exposition d'une Mère à de l'Atrazine (désherbant) au moment de la Formation des Gonades de ses Embryons fait que cette Molécule (ou le Stress induit In Utero par cette Molécule) peut reprogrammer durablement des Cellules Souches Gonadique et être Source de Problèmes Épigénétiques dans les Générations Suivantes (Susceptibilité aux Maladies Induites par l'Atrazine, chez les Mâles et les Femelles). De même une Chimiothérapie subie par un Adolescent semble induire des Effets Épigénétiques, transmis donc à la Descendance, via une Modification Qualitative du Sperme (Anomalies de l'ADN). C'est la 1ère Démonstration du Fait qu'une Exposition Chimique Précoce peut reprogrammer durablement l'Epigénome des Cellules Souches Spermatogènes. Les Epimutations de la Lignée Germinale (Cellules du Sperme) Identifiées suggèrent que la Chimiothérapie peut changer l'Hérédité Épigénétique à la Génération Suivante.

MÉCANISMES : Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire

Le Problème de la Différenciation Cellulaire (des Cellules Différentes ayant toutes le Même Génome) a trouvé son Expression Moléculaire lorsqu'il est apparu que les Mêmes Gènes n'étaient pas exprimés d'un Type Cellulaire à l'autre. Ainsi, la Combinaison de Gènes Nécessaires et Suffisants à spécifier un Type Cellulaire Donné est en général exprimée exclusivement dans ce Type Cellulaire.

Dans de Nombreux Cas, ces Gènes restent exprimés tout au long de la Vie du Lignage Cellulaire (l'Ensemble des Divisions au Sein d'un Même Type Cellulaire). Il est donc Important de comprendre comment se mettent en Place ces Spécificités Cellulaires (comment les Gènes deviennent activés ou réprimés au cours du Développement), mais également, comment cette Expression est, par la suite, propagée au cours des Divisions Cellulaires (par exemple : pour maintenir l'Expression de Gènes Spécifiques de l'Identité Musculaire dans des Cellules de Muscle). Une Grande Partie des RECHERCHES en Épigénétique se concentre justement sur les Mécanismes de Propagation Temporelle de l'Expression des Gènes, plus particulièrement, sur la Transcription qui constitue le Premier Niveau de Régulation de l'Expression des Gènes. En effet, même si l'Expression des Gènes peut être régulée à Plusieurs Niveaux (Transcription, Épissage, Export Nucléaire des ARNs, Traduction...) la Transcription semble être le Principal Niveau de Contrôle. L'Etat « Épigénétique » d'une Cellule semble dépendre principalement de Deux Variables:

  1. Les Régulateurs Transcriptionnels Présents (par exemple, les Facteurs de Transcription).

  2. L'Etat de Compaction de l'ADN, qui va déterminer la Capacité des Régulateurs Transcriptionnels à moduler l'Expression des Gènes. En résumé, la Question Posée en Épigénétique consiste à comprendre comment, à partir d'un Même Génome, peuvent se mettre en Place et se propager au cours de Divisions Cellulaires des Etats Transcriptionnels (exprimé Versus non exprimé) Distincts.

TRANSCRIPTION DE L'ADN EN ARN

La Transcription est la Copie du Code Génétique de l'ADN en ARN. La Double Hélice de l'ADN est Ouverte et une Chaîne d'ARN Complémentaire de l'ADN Matrice est Formée par le Complexe de l'ARN Polymérase II. Dans le cas des Gènes dits « Codants » (c'est-à-dire qui codent des Protéines), cet ARN Messager sert de Matrice à la Synthèse de Protéines lors de l'Etape de Traduction. De Nombreux Gènes codent des Protéines Régulatrices Appelées Facteurs de Transcription, dont la Fonction est de moduler l'Expression d'autres Gènes.

BOUCLES D’ AUTORÉGULATION

Certains Facteurs de Transcription comme HNF4 et MyoD sont Susceptibles d'activer leur Propre Expression, engendrant ainsi une Boucle dite d'Autorégulation. Ce Mécanisme par Autorégulation permet la Persistance Temporelle de l'Expression des Gènes après que le Stimulus Déclencheur ait cessé d'opérer. Notamment, après la Division Cellulaire par Méiose ou Mitose, si le Stimulus à l'Origine de l'Activation d'un Gène est absent, les Cellules Filles peuvent hériter de cette Activation (par exemple par la Présence de ces Facteurs de Transcription). Une telle Régulation qui opère en Trans, est retrouvée chez des Procaryotes (exemple du Phage Lambda) comme chez les Eucaryotes. Chez les Eucaryotes Multicellulaires, ce Mécanisme « Trans-Épigénétique » par Autorégulation concerne de Nombreux Facteurs de Transcription Impliqués dans la Spécification de l'Identité Cellulaire, et c’est à ce Titre un Mécanisme Épigénétique Majeur.

STRUCTURE DE LA CHROMATINE

La Chromatine des Eucaryotes, Association entre l'ADN et les Protéines Histones, autour desquelles l'ADN s'enroule en Bobine, constitue une Couche Régulatrice Supplémentaire au Contrôle de l'Expression des Gènes. Celle-ci peut être soit Décondensée ou « Ouverte » Euchromatine, permettant ainsi l'Accès à la Machinerie Transcriptionnelle et à l'Expression Génique, soit Condensée ou « Fermée » Hétérochromatine, empêchant ainsi l'Expression d'un Gène. Certaines Régions du Génome sont constamment dans un Etat Chromatinien Fermé. On parle d'Hétérochromatine Constitutive. C'est ainsi le cas des Centromères et des Télomères. L'Etat de la Chromatine dépend de Plusieurs Facteurs qui régulent sa Structure en modifiant chimiquement l'ADN ou l'Etat Post-Traductionnel des Protéines d'Histones ou l'Action de Remodeleurs de la Chromatine et de Protéines Chaperons. Plusieurs Mécanismes de Propagation Épigénétique de l'Information utilisant des Modifications de la Chromatine se sont mis en PLACE chez les Eucaryotes.

L' ÉTAT DES HISTONES

Les Histones forment la « bobine » autour de laquelle vient s'enrouler l'ADN. Chaque boucle d'ADN avec autour d'un complexe de 8 histones forme un Nucléosome. Ces protéines histones sont elles-mêmes sujettes à plusieurs modifications Post-Traductionnelles que l'on retrouve principalement sur leurs queues N-terminales qui dépassent de la structure du Nucléosome :

  • La Méthylation : la Présence du Groupe Méthyle au Niveau de Résidus Lysines peut être associée à un Etat Chromatinien Répressif, c'est le cas par exemple des Tri-Méthylations sur les Lysines 9 et 27 de l'Histone H3 (H3K9me3 et H3K27me3). La Méthylation est associée à un Etat Ouvert de la Chromatine telle la Tri-Méthylation de la Lysine 4 de l'Histone H3 (H3K4me3) qui est retrouvée au Niveau des Promoteurs de Gènes Exprimés ou encore la Tri-Méthylation de la Lysine 36 de l'Histone H3 (H3K36me3) qui est présente le Long de la Région Transcrite des Gènes.

  • L'Acétylation des Lysines diminue la Charge Positive des Histones, diminuant ainsi l'Interaction avec l'ADN Chargé Négativement. Cette Modification entraîne donc une Ouverture de la Chromatine, permettant ainsi la Transcription.

  • D'autres Modifications peuvent être observées sur les Histones et peuvent influer sur l'Etat d'Ouverture de la Chromatine, parmi elles la Phosphorylation ou encore l'Ubiquitination et la Sumoylation.

Les Modifications d'Histones sont régulées par des Enzymes Spécialisées qui peuvent soit catalyser leur Déposition (Activité dite d'Ecriture) ou leur Effacement (Activité dite d'Effacement). Les Modifications Post-Traductionnelles des Histones peuvent influencer la Chromatine de Différentes Manières :

  • Modification de la Charge des Histones (comme dans le cas de l'Acétylation).

  • Modification de la Structure de la Chromatine, ou du Signal permettant le Recrutement de Protéines Régulatrices (Appelées « Lecteurs » de la Chromatine).

De plus, il existe des Régulations Croisées Très Importantes entre les Différentes Modifications de la Chromatine. Par exemple, Certaines Modifications d'Histones inhibent l'Activité d'Enzymes qui catalysent la Déposition de d’autres Modifications. Les Modifications d'Histones sont souvent Abusivement Qualifiées d'Épigénétiques. En Réalité, la plupart des Modifications d'Histones sont directement contrôlées par la Transcription et participent à la Robustesse plutôt qu'à la Propagation des Etats Transcriptionnels des Gènes.

MÉTHYLATION DE L'ADN

L'Expression d'un Gène peut également être régulée par une Modification Chimique de l'ADN : la Méthylation, plus précisément la Méthylation de Cytosine n 5-Méthylcytosine des Paires de Base ou Dimères C-G. Cette Méthylation peut inhiber l'Expression Génétique d'un Brin d'ADN : une Faible Méthylation se traduit le plus souvent par une Forte Expression du Gène, alors qu'un Haut Niveau de Méthylation inactive le Gène. Cependant, il existe des Exemples où une Forte Méthylation n'a aucunes Répercussions sur le Niveau d'Expression. Chez l'Être Humain, la Méthylation de l'ADN s'effectue au Niveau des Résidus Cytosines des Îlots CpG, site CpG qui se trouve essentiellement dans les Régions Proximales des Promoteurs de 60 % des Gènes. Dans les Cellules Normales, ces Îlots sont Non Méthylés, une Petite Portion devient Méthylée pendant le Développement, rendant ainsi quelques Gènes Silencieux de Manière Stable. On a longtemps pensé que la Présence d'un Groupe Méthyle N1 sur des Bases Adénine de l'ADN et de l'ARN était une Forme de Dommage de l'ADN. Mais des Travaux Récents (2016) indiquent que cette Méthylation survient aussi dans des Sites Spécifiques des ARN Messagers, où ils affectent l'Expression des Protéines.

L' EMPREINTE PARENTALE

Lors de la Division Cellulaire, la Mitose, un Gène peut être transmis avec un Etat de Méthylation de l'ADN qui le porte, comme on peut donner un Livre avec des Marque-Page. Mais on considère, généralement, que pour la Reproduction dite Méiose et Fécondation, il y a un Nettoyage de tout Marquage Épigénétique pour permettre le Développement d'un Nouvel l'Individu.

« Or, des Travaux Réalisés sur la Souris ont récemment révélé (2013-2014) que les Brins d'ADN Portés par les Gamètes (Spermatozoïdes et Ovules) ne sont pas totalement « Vierges » de ces Molécules de Transcription ! ». La Méthylation de l'ADN est l'Acteur Majeur de la Mise en Place de l'Empreinte Parentale. Mécanisme par lequel l'Expression d'un Gène va dépendre de l’Origine Parentale. Par exemple, dans le Cas d'un Gène à Expression Maternelle, l'Allèle Paternel est Méthylé et Entièrement Éteint alors que l'Allèle Maternel est Non Méthylé et Entièrement Exprimé. L'Empreinte Parentale dépend également des Modifications de la Chromatine. La Méthylation de l'ADN est également souvent observée dans les Gènes Répétés et les Rétrotransposons. Elle peut être un Mécanisme Naturel pour l'Inactivation des Gènes Inutiles et Potentiellement Délétères s'ils étaient exprimés. Les Méthylations de l'ADN peuvent soit être Héritées, soit créées ou modifiées en Réponse à un Facteur Environnemental.

INACTIVATION DU CHROMOSOME "X" CHEZ LES MAMMIFÈRES FEMELLES

L'Inactivation du Chromosome X, est un Processus à partir duquel un des Deux Chromosomes X de la Femelle Mammifère est Inactivé, ce qui permet de compenser la Double Dose de Gènes de ce Chromosome par rapport aux Mâles. Le Chromosome X Inactif est fortement Hétéochromatinisé et prend une Forme Compacte Visible dans le Noyau des Cellules, connue sous le Nom de Corpuscule De BARR. Par conséquent une Majorité des Gènes du Chromosome X Inactif n'est plus exprimée. Le Choix du Chromosome X à Inactiver se fait au Hasard pendant le Développement Embryonnaire Précoce. L'Etat Inactif du Chromosome X est ensuite Fidèlement Transmis à la Descendance des Cellules dans lesquelles le Choix a été effectué. On est donc bien en Présence d'un Phénomène Épigénétique puisque coexistent au Sein d'une Même Cellule Deux Chromosomes dans des Etats Différents et que ces Etats sont Propagés au fil des Divisions Cellulaires.

MÉTHYLATION GLOBALE

Il existe une Interdépendance entre la Méthylation de l'ADN et celle des Histones : Il existe une Interaction entre Certaines Protéines à activité de Méthylation de l'ADN, et un Système de Méthylation des Histones. Nous sommes donc en Présence d'un Lien Direct entre les Activités Enzymatiques Responsables de Deux Mécanismes Épigénétiques Distincts. L'Épigénétique est donc un Système Régulateur Fondamental, au-delà de l'Information Contenue dans la Séquence d'ADN. Le Gène Défini par MENDEL doit maintenant être considéré avec la Chromatine qui l'entoure puisqu'elle joue un Rôle Primordial dans la Régulation Transcriptionnelle et que, de plus, elle est Héréditaire tout comme les Gènes Mendéliens.

SYSTÈME DE TRANSMISSION STRUCTURELLE

La Transmission Structurelle est un Mécanisme Encore (en corps) Mystérieux. Il implique la Transmission entre Cellules, voire entre Cellules de Générations Différentes, de Structures Particulières, par exemple de Protéines. Ces Structures Modifiées semblent jouer le Rôle de « Patron » pour l'Organisation Structurelle de la Génération Suivante. Ce Mécanisme de Transmission a été mis en Evidence dans les Organismes Unicellulaires Ciliés comme la Tetrahymena ou la Paramécie. En effet, pour des Cellules Semblables au Niveau Génétique, il est Possible d’observer des Différences dans l'Organisation des Cils de Surface. Cette Organisation est Transmissible à la Génération Suivante. Une telle Transmission est également Possible pour les Organismes Multicellulaires.

IMPLICATION ET APPLICATION

Pathologie

L' Épigénétique joue un Rôle dans des Processus de Maladies Complexes, mais, étant un Sujet d'Etude Récent, voire en Plein Boom, les Etudes émettent majoritairement des Conjectures sur des Facteurs Influant plus que des Certitudes Scientifiques sur d’Éventuels Rapports de Cause à Effet.

Causes et Transmission Héréditaire

Trois Voies de Transmission sont Possibles :

  • La Transmission Héréditaire par les Cellules Germinales, Ovocyte et Spermatozoïdes.

  • L'Imprégnation In Utero.

  • La Transmission par les Interactions Sociales. »

Il est Question de Caractéristiques de Santé Héritées d'un Vécu des Parents, par exemple, l'Influence du Stress sur la Taille des Nouveau-Nés ou de la Faim pendant la Gestation, sur la Santé de la Descendance (par exemple, lors de la Famine aux Pays-Bas en 1947). En 2002, Deux Etudes ont été publiées concernant les Effets sur :

  • La Descendance Humaine de la Nutrition. L'Une sur l'Effet des Privations Alimentaires entre 1890 et 1920 sur la Descendance.

  • L'autre sur une Population dont étaient référencés tous les Individus, ainsi que leur Alimentation en Fonction des Récoltes, et qui a montré qu'une Grand-Mère ayant vécu une Famine transmet cette Information à sa Descendance qui peut développer des Maladies alors qu'elle n'a jamais connu de Famine.

En 2010, Frances CHAMPAGNE met en Corrélation la Malnutrition, le Stress et l'Exposition aux Produits Toxiques de la Mère avec l'Etat de Santé des Enfants, voire des Petits Enfants. De même, des Etudes ont montré que les Enfants de Femmes Enceintes durant les Evénements du 11 septembre 2001 possédaient un Taux de Cortisol plus Élevé.

Il est Possible de lire dans la Même Veine que « la Mémoire Traumatique de l’Holocauste se transmet Génétiquement » avec Précision. Il s’agit de la Première Démonstration de Transmission d’un Traumatisme Parental à son Enfant, associé à des Changements Épigénétiques. Ces Phénomènes impliquent que Certaines Maladies ne sont pas dues à une Variation de la Séquence d’ADN, mais à des « Epimutations ». Par exemple, une Anomalie Épigénétique est impliquée dans plus de la Moitié des Cas de Syndrome De SILVER-RUSSEL.

COMPORTEMENT ET PSYCHISME

Depuis 2010, des Etudes lient des Etats Mentaux et Comportementaux à l'Épigénétique par Différentes Voies :

  • L'Épigénétique a un Impact sur les Neurones, via une Stabilisation de leurs Connexions Synaptiques, ce qui joue un Rôle sur la Mémoire à Long Terme.

  • Un Stress Infantile produit une Sensibilité au Stress à l'Âge Adulte, éventuellement, Transmissible à Plusieurs Générations Suivantes, par son Effet sur la Méthylation de l'ADN des Récepteurs au Glucocorticoïde (ex : traumatiser un Souriceau Mâle en le séparant régulièrement et imprévisiblement d’avec sa Mère, et en stressant la celle-ci, modifie le Comportement de sa Descendance sur Quatre Générations xxx). La Dépression Adulte, à la suite d'une Maltraitance Quotidienne de 30 minutes chez la Souris, est associée à un Marquage Épigénétique d'un Facteur Neurotrophique Dérivé du Cerveau. De même chez l'Adolescent ou l'Adulte Humain, des Expériences, des Evénements, un Stress Physique, Sexuel, de Deuil ou d'Abandon, ou bien de d'autres Facteurs Environnementaux génèrent la Production d'Étiquettes Épigénétiques qui peuvent rester active durant toute la Vie de l’Individu. Cet Effet du Traumatisme se transmet d'une Génération à l'autre via des Modifications Épigénétiques des Cellules qui forment les Spermatozoïdes et/ou les Ovocytes. Les Spermatozoïdes transmettent ce Changement du Programme Génétique à la Descendance. Il est Possible que les Ovules fassent de même. Ce Phénomène est moins étudié à ce jour.

  • La Mémorisation modifie elle-même l'Expression de nos Gènes, comme par exemple, le Gène qui produit le BDNF, Brain-Derived Neurotrophic Factor, Protéine Impliquée dans la Mémorisation Spatiale et d'Objets. La Mémorisation implique le Passage d'un Signal Electrique qui traverse des Cellules Neuronales en les transformant, ce qui peut conduire à une Modification de la Structure et Forme du Neurone, qui forme, par exemple, de Nouvelles Connexions.

  • Ce Processus implique l'Action de Plusieurs Familles de Protéines (Enzymes, Récepteurs, Neurotransmetteurs…) Synthétisées par le Neurone dans son Cytoplasme, autour du Noyau, Codées par de l'ARN Messager à partir de l’Information Génétique Contenue dans l'ADN Cellulaire. On sait qu'un même Gène peut produire des Protéines Différentes en s'exprimant différemment, grâce, notamment, à des Étiquettes Épigénétiques se fixant sur ou autour de l'ADN.

À partir des années 2010, des Scientifiques pensent qu’il est Possible de proposer, bientôt :

  • D’identifier des Mécanismes Épigénétiques Impliqués dans le Développement des Maladies Psychiatriques ».

  • Des Modifications Épigénétiques contrecarrant celles Induites par un Stress Passé, qui semblent pouvoir être réversibles).

  • De trouver de Nouvelles Cibles Thérapeutiques.

En 2012, d'autres Scientifiques rappellent que le Statut de Vérité Scientifique du Rôle de l'Épigénétique dans les Troubles Mentaux est encore loin d'être atteint, et donc, se questionnent sur la Nécessité des "Epimédicaments" soignant les Conséquences de Traumatismes et/ou améliorant la Mémoire. Selon Isabelle MANSUY, étant donné la Complexité des Altérations Épigénétiques Induites par le Stress, un Médicament Unique semble Illusoire. D'autres Scientifiques font le Lien entre Pauvreté ou Guerres et Santé Mentale, par Différents Vecteurs, avant de conclure : « Par conséquent, la Priorité doit être donnée aux Politiques et Programmes qui réduisent le Stress Parental, qui augmentent le Bien-Être Émotionnel des Parents et leur assurent des Ressources Matérielles Suffisantes ».

CANCER

Des Changements Épigénétiques et des Mutations Génétiques sont présentes dans tous les Types de Cancers, mais leurs Interactions sont si Complexes qu’il est Difficile de connaître les Evénements Initiaux. Le Cancer est une Prolifération de Cellules Toutes Issues d'un Même Clone qui a acquis Certaines Caractéristiques lui permettant une Résistance Accrue et une Capacité à se diviser indéfiniment. Il est donc envisageable, sous l'Angle d'une Maladie de l'Expression des Gènes. En effet, les Mutations Spontanées des Gènes sont plutôt Rares. Les Cellules Humaines en Culture présentent un Taux de Mutations Spontanées de 2 x 10 moins 7 Mutations par Gène, par Division Cellulaire. Est considéré ainsi que d'autres Mécanismes sont en Cause pour expliquer l'Apparition des Cancers. Plusieurs Types de Cancers sont associés à une Réduction Globale du Taux de Méthyle-Cytosines dans le Génome par rapport au Tissu Normal, alors qu'à l'Inverse, s’observe parfois que Certains Gènes Suppresseurs de Tumeurs sont rendus Silencieux par Méthylation de Novo de leur Promoteur. Des Tumeurs peuvent maintenir stablement une Mutation sur un Allèle de Gène alors que l'autre est Hyperméthylé, et ainsi Inactivé. De plus, les Gènes Suppresseurs de Tumeurs résident souvent au sein de Régions Caractérisées par des Délétions Fréquentes, qui aboutissent à une Perte D’Hétérozygotie (LOH). Enfin, dans Certaines Régions sont observés des Evénements Épigénétiques sans Altérations Génétiques. Ces Altérations Épigénétiques (ex : Méthylation de l'ADN et Modifications des Histones), semblent initier des Processus qui résultent en une Perte ou une Activation de la Transcription des Gènes. Même une Mutation peut être initialement due à un Mécanisme Épigénétique puisque, par exemple, une 5-Méthyl-Cytosine peut se désaminer (Perte de la Fonction Amine) spontanément en Thymine (Autre Base de l'ADN). Dans ce cas, la Cause Primaire est un Phénomène Épigénétique. On espère, donc un jour, pouvoir traiter Certains Cancers par des Médicaments Ciblant les Modifications Épigénétiques (Moins Fixes que les Modifications Génétiques, et parfois Réversibles). « Un Essai a permis tout récemment d’observer l’Effet Positif d’un Médicament qui supprime les Modifications Épigénétiques chez des Personnes Atteintes de Cancers Induits par des Virus (Cancers du Col de l’Utérus et Certains Cancers ORL dont ceux du Nasopharynx). Les Premiers Résultats sont très Encourageants. »

LES PRIONS

Les Maladies Infectieuses ne sont habituellement décrites comme des Régulateurs Épigénétiques, mais l'Infection et la Transmission Verticale de Virus fonctionnent de Manière Identique. De plus, certains Prions ont montré des Effets Bénéfiques et, comme ils décrivent la Nature Adaptative des Protéines, ils ont été décrits comme des Mécanismes de Transmission Épigénétique.

LES AGENTS PATHOGÈNES

Certaines Bactéries Pathogènes sont capables d'induire des Changements Épigénétiques dans les Cellules qu'elles infectent. Par exemple, Listeria Monocytogenes provoque des Modifications d'Histones par le Biais de Nucléomodulines tandis que l'Infection par Helicobacter Pylori entraîne une Hyperméthylation du Génome des Cellules Concernées. Cette Stratégie vise généralement à empêcher l'Activation de Gènes de la Réponse Immunitaire.

L' ACTION THÉRAPEUTIQUE

Les Variations Épigénétiques sont finalement assez Plastiques. Elles peuvent être Effacées par des Traitements Chimiques, ce qui ouvre d'Immenses Perspectives Thérapeutiques. Cet Espoir s'est déjà concrétisé par le Développement de Premières « Epidrogues » pour traiter Certains Cancers. »

LA THÉRAPIE ÉPIGÉNÉTIQUE

La Thérapie Épigénétique agit sur l'Expression des Gènes, quand la Thérapie Génique consiste à changer les Gènes. La Thérapie Épigénétique peut consister, néanmoins, à agir directement sur l'ADN, sur la Nature de ses Constituants. C'est le cas d'une Thérapie qui consiste à réactiver un Gène Silencieux en empêchant la Méthylation de l'ADN en remplaçant un Nucléotide Normal (ici la Cytosine), par un Nucléotide qui ne peut être Méthylé. Les Analogues Nucléosides ne pouvant être Méthylés comme la 5-Azacytidine sont incorporés lors de la Réplication de l'ADN, ce qui semble montrer une Efficacité dans le Traitement de Cancer du Poumon, et des Essais Cliniques sont en cours pour traiter les Syndromes Myélodysplasiques et certaines Leucémies, Sièges d'une Hyperméthylation Génique.

LES THÉRAPIES INDIRECTEMENT ÉPIGÉNÉTIQUES

Une Intervention Indirecte sur l'Epigénome consiste à moduler la Disponibilité des Groupements Méthyles. Pour ce faire, il est possible :

  • De faire varier les Concentrations de Cofacteurs Transportant les Groupes Méthyles (plus couramment la Cobalamine — Vitamine B12 — et l'Acide Folique, mais aussi la Choline et la Triméthylglycine, une Bétaïne).

  • D'intervenir sur les Xénobiotiques et les Autres Facteurs Reconnus pour avoir un Impact sur la Méthylation (ces Traitements sont le plus souvent Préventifs).

  • De contrer le Stress Oxydatif, reconnu pour son Impact Négatif sur l'Epigénome.

  • De réduire les Concentrations d'Homocystéine.

  • De moduler la Disponibilité des Groupes Méthyles en intervenant sur leur Incorporation dans les Accepteurs de Groupes Méthyles autres que l'ADN, notamment les Phospholipides des Membranes Cellulaires.

Il a été proposé que la Vitamine B12, l'Acide Folique, l'ADH, ainsi que le Stress Oxydatif ont un Rôle à jouer, via des Modifications Épigénétiques, dans les Altérations de la Neurogenèse, observées chez les Enfants Prématurés.

MÉDICAMENTS ET DROGUES AYANT DES EFFETS ÉPIGÉNÉTIQUES NON-THÉRAPEUTIQUES

Des Médicaments et des Drogues peuvent avoir des Effets Épigénétiques. Selon les Etudes les plus Récentes, ces Effets sont fréquents. Par exemple, 5 % des Médicaments Connus interagissent avec l'Histone Désacétylase, qui n'est qu'un Facteur de Régulation Épigénétique parmi d'autres. Parmi les Médicaments et Drogues ayant des Effets Épigénétiques Indésirables, on peut mentionner certains des plus connus : le Célécoxib, un Anti-Inflammatoire Non Stéroïdien, les Antidépresseurs de Classe ISRS (le Citalopram, la Fluoxétine) et Tricyclique (l'Imipramine), la Tamoxifène, un Régulateur des Récepteurs de l'Œstrogène utilisé dans le Traitement du Cancer du Sein, l'Acide Valproïque, un Médicament Indiqué dans de Nombreuses Pathologies Neurologiques, et, parmi les Drogues, la Cocaïne et les Opiacés. La Liste est encore Incomplète. Voir aussi : Effet Épigénétique des Antidépresseurs. Une Etude suggère que les Effets Secondaires Épigénétiques des Médicaments peuvent être impliqués dans l’Étiologie des Maladies Cardiaques, le Cancer, les Troubles Neurologiques et Cognitifs, l'Obésité, le Diabète, l'Infertilité, et la Dysfonction Sexuelle. Tout Effet Secondaire Épigénétique Causé par un Médicament, peut persister une Fois le Médicament Arrêté.

LE TERME D' ÉPIGÉNÉTIQUE EN PSYCHOLOGIE

Le Psychologue Erik ERICKSON développa une Théorie Épigénétique du Développement Humain traitant des Crises Psycho-Sociales Vécues par l'Individu, servant ainsi à décrire Différentes Étapes Développementales Entrecoupées par ces Crises. Selon lui, même si ces Crises ont le plus souvent une Origine Génétique, la Manière dont elles se vivent ne peut être expliquée par la Génétique et donc, en Echo à la Théorie en Biologie, sont Qualifiées d’Épigénétiques.

ÉPIGÉNÉTIQUE, UN GÉNOME PLEIN DE POSSIBILITÉ !

Chacune de nos Cellules contient l’Ensemble de notre Patrimoine Génétique : 46 Chromosomes Hérités de nos Parents sur lesquels on compte environ 25 000 Gènes. Mais si Toutes nos Cellules contiennent la même Information, elles en font visiblement un Usage Différent. Une Cellule de la Peau ne ressemble en rien à un Neurone. Une Cellule du Foie a d’autres Fonctions qu’une Cellule du Cœur. De même, des Jumeaux qui partagent le Même Génome sont Imparfaitement Identiques ! Dans ces exemples et dans bien d’autres, la Clé du Mystère se nomme "Épigénétique".

CONCLUSION

Les Neuros-Sciences nous révèlent que nous possédons le Pouvoir de Rapidement traiter nos Blessures Émotionnelles et Physiques et donc notre ADN ! 5 Scientifiques de Renommée Internationale révèlent que :

  • Nous sommes en aucun Cas Victimes de nos Gênes.

  • Nous pouvons nous libérer des Traumatismes Inscrits dans notre ADN et transmis par nos Ancêtres.

  • Nos Blessures peuvent être également Libérées de notre ADN.

  • Que notre Pensée est assez Puissante pour réparer notre Corps.

COMMENT L'ÉPIGÉNÉTIQUE PEUT AIDER A REPROGRAMMER

  • Pourquoi l’Inconscient est souvent le Pire Ennemi et comment éviter de le subir.

  • Comment protéger ses Descendants de ses Propres Traumatismes et Programmes Limitants.

  • Comment repérer toutes les Blessures qui manipulent....

  • COMMENT "RÉPARER" SON ADN, CELUI DE SES DESCENDANTS ET DE SES CLIENTS

COMPRENDRE SON « JE SUIS », qui « JE SUIS »

Il existe une multitude de Méthodes, Techniques, Outils, pour y remédier, pour changer, modifier sa Vie. Pour cela, il est nécessaire de réparer son ADN. Pour ma part, avec mes Nombreuses Spécificités, je vous propose un Panel Technique suivant :

  • La Thérapie Quantique - TQ.

  • Les Soins MultiDimensionnels « QUANTUM » - SMQ

  • Les Ateliers MultiDimensionnels « QUANTUM » - AMQ.

  • La LogoSonoPhonoPhorèse Holistique – LSPPH.

  • La Thérapie Sonore Quantique – TSQ.

  • La PsychoHypno Thérapie Évolutive – PHTE.

  • La Form’ Action Trans Mission Quantique – FATMQ.

POURQUOI NOS VIES SONT-ELLES DIFFICILES ET EMPLIES DE SOUFFRANCE ?

Il existe Plusieurs Points à prendre en compte pour remédier à ce Type de Situation. Posons les Bonnes et Pertinentes Questions :

  • Sommes-nous, êtes-vous Conscients ?

Selon le Dr Bruce LIPTON, Scientifique, nous sommes gérés par notre Subconscient à 95 %, alors que notre Conscient active 5 %.

  1. Le Subconscient déroule, applique les Habitudes reçues de nos Arbres Généalogiques. Il est non Créatif.

  2. Si le Conscient fonctionne en Inconscience, le Quotidien devient Mécanique et est géré par le Subconscient.

  3. Rappel : Conscient = 5 % & Inconscient = 95 % dus aux Programmes Familiaux.

Le Subconscient enregistre tout. Il va enregistrer Chaque Détail et retransmettre une Sélection Minimaliste au Conscient, aux Différents Sens, ce qui permet de voir, entendre, ressentir, sentir… ainsi, c’est juste une toute Petite Partie de notre Environnement qui est perçue, alors que le Subconscient voit et se souvient de tout. Tout se Mode de Fonctionnement demande Beaucoup de Travail Spécifique, une Démarche Consciente, un Réel Engagement envers Soi-Même, une Profonde Implication…


  • Sommes-nous libre à 100 % ?

Selon le Professeur Boris CYRULNICK, les Traumatismes Psychologiques, Physiques, Émotionnels, les Expériences Douloureuses, apportent une Agonie Psychique. Il y a une Absence de Barème Traumatique.

  1. 50 % des Individus ont subi au moins un Traumatisme.

  2. Grâce à la NeuroImagerie, il a une Prise de Conscience qu’un Cerveau Traumatisé est une Agonie Psychique car bloqué, donc éteint entraînant la Difficulté de Bien Fonctionner.

  3. Certains Êtres sont fracassés par un Problème, par une Situation Meurtrière, d’où la Différenciation de l’Echelle de Douleur, de Souffrance, de Compréhension selon la Carte du Monde de chacun(e), et selon l’Angle d’Observation de sa Fenêtre. Exemple : pour un Individu, une Situation peut faire sourire, rire, alors que pour Soi-Même c’est une Souffrance.

  4. Au Minimum, sur 3 Générations, nous avons tous des Traumatismes de la Vie transmis par nos Familles, par nos Arbres Généalogiques.

  5. Chez nos Ancêtres, nous possédons tous :

  • 1 Reine

  • 1 Gendarme

  • 1 Prostituée

  • 1 Génie

  • 1 Voleur

  • 1 Prix Nobel…


  • Sommes-nous manipulés par l’Invisible ?

Selon le Dr Arianne GIACOBINO, Généticienne, Spécialiste du Domaine Épigénétique, la Maltraitance Physique, Psychologique, Sexuelle, Abus, Viol dès la Petite Enfance, dans l’Enfance, l’Adolescence, génèrent de Profonds Traumatismes qui viennent modifier de Manière Chimique l’ADN.

  1. Les Traces survivent à chaque Division Cellulaire.

  2. Mêmes les Êtres Proches de l’Evénement peuvent en subir les Conséquences.

  3. Le Traumatisme s’inscrit dans l’ADN.

  4. Il est Possible de se libérer de ces Traumatismes pour apaiser le Blessé & ses Descendants.

  5. Il est Indispensable d’effectuer la Libération de l’ADN, en travaillant sur ses Arbres Généalogiques, ses Vies Antérieures, Ses Mémoires Karmiques… Ainsi, tout se dénoue, se libère pour Soi et surtout pour les Générations Futures. C’est un Merveilleux Cadeau offert à ses Descendants. Exemple : sur 26 années d’existence, un bon nombre d’Êtres Humains ont connu 4 Guerres de 1914 à 1962. 3 à 4 Générations de nos Grands Parents (Père, Mère, Frère, Sœur, Oncle, Tante, Enfants) ont vécu ces Situations Conflictuelles. Ils sont partis et n’en sont pas revenus.

De par le Monde, les Horreurs de la Guerre sont présentes. Plus les Maladies, les Épidémies, les Pandémies(Ex : la Grippe Espagnole en 1918 qui a déciminée la moitié de la Population Européenne). Donc l’ADN porte tout ce Poids Historique & Transgénérationnelles.


  • Quelle est la Taille, le Poids de notre Histoire Familiale ? Histoires Transgénérationnelles ?

Nous sommes de Simples Marionnettes de notre Propre Histoire, et ce, depuis de Nombreuses Vies, plus le Poids du Transgénérationnel.


  • Sommes-nous manipulés par nos Gènes ?

Selon le Dr LIPTON, questionner nos Pensées et nos Croyances, nous amène à créer d’une autre Façon sa Vie. La Responsabilité en revient à tout à chacun. Agir sur son Métabolisme est d’une Extrême Importance et donc d’une connaître le Mécanisme, son Métabolisme, la Connaissance est Primordial. C’est reprendre son Plein Pouvoir Existentiel.

  1. L’Enfant en observant ses Parents reproduit les Programmations et devient comme eux. D’où la Nécessité d’en reconnaître la Hauteur de la Responsabilité, ainsi que ses Devoirs et Obligations, ses Droits de Parents Éducateurs. Mais là, c’est un autre Domaine à développer.

  2. Nous ne sommes en aucun cas Victimes de nos Gènes, sauf, dans notre Inconscience, dans notre Ignorance, et dans notre Manque de Volonté d’y aller voir de plus près.

  3. Nos Pensées contrôlent notre ADN.

  4. Nous sommes manipulés par nos Programmes Parentaux, voire plus, les Vies Antérieures, les Programmes Transgénérationnels, les Mémoires Karmiques…

  5. Ce sont nos Croyances qui créent la Maladie et non nos Gènes.

  6. Nos Pensées contrôlent notre ADN.

  7. Nous sommes donc Responsables de nos Vies, de nos Maladies, de nos Problèmes, de toutes nos Situations Difficiles.


  • Comment je me crée une Tumeur ?

Selon le Médecin Allemand, le Dr HAMER, les Maladies proviennent de la Gestion de nos Emotions suite aux Divers Chocs Émotionnels.

  1. Un Evénement Traumatique Majeur et Ingérable s’inscrit dans l’ADN.

  2. Le Décodage Biologique permet dans l’ADN de repérer le Séquençage du Traumatisme.

  3. Cette Etude amène à une Nouvelle Approche de la Maladie. Ce que les Mots n’expriment, le Corps le transmet par les Maux. C’est le Corps qui apporte l’Information sur l’Etat d’Être Intérieur. (E : Douleur aux Lombaires, Sciatique = désaccord avec l’Âme, donc le Psoas Iliaque (Muscle de l’Âme) informe. C’est la Seule Solution qu’a le Corps pour exprimer un Conflit Intérieur.

  4. Chaque Organe est relié à une Emotion, donc le Corps parle par des Symptômes.

  5. Quand allons-nous enfin (en fin), écouter notre Corps ? de stopper les Maux Exprimés par celui-ci et de privilégier ce désaccord par la Parole ?


  • Pouvons-nous réparer notre Corps, notre ADN ?

Selon le Dr DISPENZA, réparer son ADN est Vital pour Soi, et aussi Primordial pour les Descendants. C’est les préserver de cette Pollution Programmée. C’est se donner l’Opportunité Bienveillante d’exprimer pleinement ses Capacités, ses Potentiels, d’avoir une Santé Maximale, de recevoir l’Abondance dans sa Vie, de rayonner sa Joie Intérieure… Grâce à l’Etude de l’Épigénétique, la Compréhension de ses Mécanismes les Verrous se débloquent, libèrent les Mémoires Transgénérationnelles de l’ADN.