Articles

INTRODUCTION

Chacun d’entre nous peut constater tous les jours combien le corps de l’être humain est un système bien réglé. Les mécanismes qui assurent la bonne marche de notre organisme sont nombreux mais, parmi ces derniers, il en est un cependant qui mérite davantage notre attention :

c’est l’homéostasie

Elle est la faculté qu’a le corps de maintenir et de rétablir certaines constantes physiologiques, telles que la formule sanguine, la pression artérielle, la température du corps et d’autres fonctions. Ces constantes seront préservées, quelles que soient les variations du milieu extérieur. Pour que toutes les actions de régulation favorisent l’intégrité de notre corps, il est nécessaire que toutes les fonctions de l’organisme travaillent harmonieusement et qu’une alimentation saine et régulière soit pourvue. C’est en ce sens que l’on peut dire que « mon alimentation est mon meilleur médecin » - Hippocrate.

En effet une nourriture de qualité est indispensable pour fournir tous les nutriments indispensables à la synthèse des nombreuses molécules nécessaires au métabolisme de l’organisme. L’évaluation des qualités d’un aliment aborde l’étude de plusieurs critères qui les déterminent. La première qualité exigée d’un produit agricole est l’absence de toute nocivité (nitrites, surdosage d’azote, engrais chimiques qui s’opposent à l’assimilation convenable des sels minéraux – vitamines – oligoéléments par notre organisme, pesticides…), ce qui nécessite aussi l’absence de toxiques naturels, la propreté des aliments, des normes bactériologiques correctes et l’absence de résidus chimiques. Par ailleurs les aliments doivent présenter des caractéristiques favorables.

Tout d’abord, des qualités organoleptiques : les aliments doivent être agréables, satisfaisants à sentir, bon à la dégustation. Egalement, des qualités nutritionnelles qui présentent des critères aptes à assurer notre subsistance (nutriments : protides, glucides, vitamines, sels minéraux…). Il faut y ajouter les qualités de digestibilité, la spécificité (ses propriétés, ses bienfaits)… Enfin, les aliments doivent présenter des qualités vitales, des caractéristiques favorables pour engendrer la bonne santé. Ces qualités vitales s’observeront concrètement par la capacité à maintenir certains caractères essentiels chez les animaux qui les consomment, notamment la fécondité, l’efficience dans l’activité et la longévité. D’une manière générale, la vitalité des végétaux biologiques se remarque par un taux élevé de la faculté germinative, par la possibilité accrue de s’accommoder des effets parasitaires ou des variations climatiques, par un niveau de production et une conservation satisfaisante sans usage d’additifs. La vitalité des animaux d’élevages biologiques se traduit par une bonne fécondité, un état sanitaire excellent, une adaptation satisfaisante aux parasites et aux rigueurs du climat, une longévité exceptionnelle.

Tous les mécanismes homéostatiques ont pour but de préserver l’intégrité du corps, et donc notre santé. Bien des troubles de notre organisme, même graves, peuvent trouver une amélioration, voire une guérison pour certains, si les causes en sont identifiées, comprises et que des corrections appropriées et adaptées sont mises en œuvre.

Notre santé n’est pas le fruit du hasard. Elle demande réflexion, souplesse, discipline et volonté. C’est à chacun qu’il appartient de se donner les moyens de profiter intensément de la vie, avec plaisir et sagesse, en toute occasion et à tout instant.

Je viens vers vous, vous apporter quelques informations sur l’alimentation, le déséquilibre alimentaire et ses conséquences sur notre organisme. Dans ce premier contact avec vous, je désire orienter cet article sur la lecture de l’étiquette alimentaire des aliments préemballés.

Quelque soit son conditionnement, le produit alimentaire doit être étiqueté. L’étiquette fournit les éléments de comparaison nécessaires aux choix nutritionnels et économiques. La liste des ingrédients répertorie tous les composants de la recette du produit. Elle donne une lecture précieuse et "précise" sur ce que contient l'aliment, le produit.

Elle présente les proportions de glucides (sucres), de lipides (graisses), de protéines, de sel… La liste des ingrédients fait apparaître par ordre décroissant de poids, de la plus importe quantité à la plus faible, la teneur des produits de bases.

Les additifs et les OGM, s’ils sont au-dessus de 0,9 % du poids de l’ensemble du produit alimentaire, doivent être notifiés. La liste des ingrédients est très utile comme moyen de comparaison des produits. Par exemple, pour le petit déjeuner, vous choisissez des céréales : il est préférable d’acheter celui dont le premier ingrédient de la liste est la céréale (maïs, blé, sarrasin…) plutôt que celui du sucre, du miel, du sirop de glucose et/ou du beurre, de l’huile ... Et là, je ne parle pas des combinaisons alimentaires et de leur compatibilité.

La liste des ingrédients permet aussi de repérer l’intérêt nutritionnel ou l’intérêt pour votre santé du produit proposé sur les étalages. Par exemple, un produit riche en lait, donc en calcium, peut s’avérer aussi beaucoup plus riche en sucre et/ou en graisse, ce qui le rend beaucoup moins intéressant d’un point de vue nutritionnel et équilibré.

Eh oui, vous allez peut être passer un peu plus de temps à faire vos courses !

Du côté des ingrédients allergènes, tout aliment allergène doit être mentionné, quelque soit sa quantité (lactose, gluten, œufs, arachides, soja, fruits à coque…).

Quand aux "Additifs et Compagnie", vous remarquerez que la liste des "E" numérotés nous informe de la présence de certains éléments chimiques mais qui sont loin d’être explicites. Nous n'en comprenons encore moins le discours agroalimentaire des amidons modifiées, transformées, des huiles partiellement hydrogénées ou hydrogénées…Blablabla ! De quoi s’y perdre.
PS : en annexes, ci-jointes les feuilles qui dressent la liste des conservateurs identifiés par le Docteur Robert SEROR.

Hé bien, prochainement, et simplement, vous pourrez lire quelques explications sur le décodage de ce langage industriel, et aussi dans les prochains articles, comment notre société agroalimentaire éduque nos enfants au sucre, ce qu’est :

  • la « série noire du sucre blanc »,
  • les aliments dénaturés,
  • l’altération nutritionnelle subie par une céréale raffinée,
  • l’ambivalence du sel raffiné à composante défavorable,
  • Les vertus du vice du chocolat bio,
  • le raffinage des huiles végétales,
  • le glutamate et ses dangers,
  • l’overdose des additifs,
  • l’intoxication permanente par l’aluminium,
  • système et complément immunitaires,
  • l’irradiation des aliments,
  • les laits végétaux,
  • les OGM,
  • les alicaments,
  • soja & Co… 
Il vous sera aussi contée, l’histoire d’une tarte industrielle aux cerises (tirée du livre : "Le Sol, la Terre et les Champs" - Claude BOURGUIGNON - Ingénieur agronome, spécialiste de la microbiologie des sols- 1989), où y sera apporté quelques explications supplémentaires.

OUAOU ! Quel programme !!!! Il y en a pour plusieurs années. Ne nous décourageons pas. Il est préférable d'être un "Consom' Acteur" aguerrit  pour préserver son capital santé. Bon, je suis déjà une mutante mais surtout éclairée. Au plaisir.