Les Additifs & Compagnie

Les "Additif & Compagnie"


Les "Conservateurs & Compagnie" : Qui ou que sont-ils ? Quels sont les incidences sur notre santé, notre fonctionnement et dépendances alimentaires ? Attention ! Ne vous horrifiez pas de ce que vous allez découvrir et lire. Il vaut mieux un consommateur informé, alerté et prévenu qu’un consommateur non acteur de sa VIE.

Le bio n’est pas un mode d’alimentation mais une évidence

La famille des additifs alimentaires se compose de six groupes : les conservateurs, les antioxydants, les agents de texture, les colorants, les édulcorants, les exhausteurs de goût.

Le rôle de chacun a une fonction bien spécifique dans l’alimentation agroalimentaire, mais un aboutissement, un objectif commun : celui de dérégler notre organisme, son fonctionnement, d’apporter des conséquences chimiques, physiques, réactives, allergisantes…

Les conservateurs sont des substances qui empêchent les aliments de moisir, de fermenter, que les micro-organismes présents dans ceux-ci ne se développent. Ils bloquent les levures, les moisissures et les bactéries. Ce sont :
  • les nitrites de potassium (E249) et de sodium (E250),
  • les nitrates de sodium (E251) et de potassium (E252),
  • l’Acide sorbique (E200),
  • les Sorbates de potassium (E202) et de calcium (E203),
  • le Benzoate de sodium (E211).
Nous les retrouvons dans les charcuteries, les salaisons, les conserves de viande, le foie gras, le pâté, les fromages à pâte dure et semi-dure, les succédanés de fromages, le fromage fondu, les harengs au vinaigre, les boissons aromatisés, les sirops, les sodas, la farce pour raviolis, les préparations de fruits et de légumes, les pommes de terres pré-frites, les olives, le pain préemballé, les sauces émulsionnées, les confitures allégées, les crevettes cuites, les chewing-gum, etc…

Les dangers potentiels de ces conservateurs font que se sont des composés chimiquement très réactifs avec les amines des protéines. Ils peuvent ainsi constituer des nitrosamines cancérogènes. Ils oxydent le fer de l’hémoglobine. La méthémoglobine résultante ne peut fixer l’oxygène, entrainant cyanoses et céphalées. Ils rendent aussi l’hypertension plus précoce et provoquent des allergies, des migraines, des urticaires… L’acide sorbique peut réagir avec les nitrites et donner des produits mutagènes. Le sorbate de sodium (E201), peu utilisé a été interdit car son produit majeur de transformation est mutagène. Le benzoate de sodium (E211) est impliqué dans les cas d’allergie tels que les érythèmes, les démangeaisons, l’urticaire, les migraines.

Certains conservateurs sont également des antioxydants (du E221 au E228) :

  • les sulfites,
  • l’Anhydride sulfureux ou le SO2  (E220).
Nous les retrouvons dans le vin, la bière, les fruits secs, les pommes de terre déshydratés, les saucisses, les amuses-bouches, la pectine, la gélatine. Au total des dizaines d’aliments ou de boissons pour des quantités en SO2 (E220) allant jusqu’à 2 gr par kilo dans les raisins, les figues, et les abricots secs. Leur incidence sur notre organisme est de provoquer des allergies, surtout chez les asthmatiques en détruisant la vitamine B1. De un à deux verres de vin blanc, ou 30 gr d’abricots secs suffisent à fournir la dose journalière admissible (DJA)* pour un adulte de 60 kg. Dix pourcents de la population consomment plus que la dose journalière admissible.

* La DJA. ou dose journalière admissible, donne le niveau de consommation sans danger. Elle est exprimée en milligrammes d'additif par kilogramme de consommateur. La dose journalière sans danger est donc plus faible pour les enfants que pour les adultes.

Pour reprendre : "le bio n’est pas un mode d’alimentation mais une évidence".

La famille des additifs alimentaires se compose de six groupes : 

  • les conservateurs,
  • les antioxydants,
  • les agents de texture,
  • les colorants,
  • les édulcorants,
  • les exhausteurs de goût.
Les Antioxydants ou Antioxygènes & Compagnie :

Il en existe 25
, du E300 au E337. Ils empêchent le rancissement, l’oxydation des aliments et toutes les modifications organiques qui découlent de cette oxydation : le BHA butylhydroxyanisol (E320) et le BHT butylhydroxytoluène (E321). Ce sont des mélanges prêts à l’emploi pour les pâtisseries (fourrage de biscuits…), lait en poudre et ersatz de lait pour les distributeurs automatiques, les amuses bouche, les sauces, les soupes et les flocons de pommes de terre déshydratés, les chewing-gum. Certains d’entre eux sont naturels (E306, E322) à ascendants bénéfiques qui représentent un intérêt diététiques, d’autres de composition chimique (E300, E301, E302, E303, E304, E311, E330, E331, E332, E333) sont à consommer avec modération sinon nocifs. Certains antioxygènes sont à éviter (E311, E312, E320, E321, E325, E326, E327, E334, E335, E336, E337) et d’autres sont toxiques et interdits en France (E307, E308, E309). Vous remarquerez que très peu d’entre eux sont naturels, qu’ils sont nombreux à être dangereux pour notre santé avec une incidence non moindre sur le fonctionnement de notre organisme.

Les dangers potentiels de ces antioxydants :

  • A une dose cent fois plus forte, le BHA butylhydroxyanisol (E320) provoque une hypertrophie du foie chez le singe, de la thyroïde chez le porc, et pourrait être immunosuppresseur.
  • Le BHT butylhydroxytoluène (E321) entraîne des hypertrophies de la thyroïde ou du foie selon les espèces, des hémorragies par baisse de l’absorption de la vitamine K.
  • Associés, les BHA butylhydroxyanisol (E320) et BHT butylhydroxytoluène (E321) peuvent provoquer des problèmes de peau, respiratoires chez les travailleurs de l’industrie et de la restauration.

La mal bouffe devient un sujet prédominant. Les actualités ne cessent d’étaler des séries noires : des steaks assassins, des perturbateurs endocriniens… Les agroalimentaires ne sont pas en manque d’inspiration pour jouer aux apprentis chimistes et produire des aliments aux allures parfaites pour les étals des supermarchés.

Les Colorant & Compagnie :

E100, E101, E103, E104, E105, E110, E111, E120, E121, E122, E123, E124, E125, E126, E127, E130, E131, E132, E140, E141, E142, E150, E151, E152, E153, E160, E161, E162, E163, E170, E171, E172, E173, E174, E175, E180

Quel programme en couleur ! En rappel, la famille des additifs alimentaires ce compose de six groupes : les conservateurs, les antioxydants, les agents de textures, les colorants, les édulcorants et les exhausteurs de goût.

Les Colorants servent à donner une couleur dite naturelle aux aliments. Certains sont toxiques et surtout déclenchent des réactions allergiques ou d’intolérance.

A compter du 20 juillet 2010, l’étiquetage des denrées alimentaires colorées avec un ou plusieurs colorants « azoïques » (E102, E104, E110, E122, E124, E129) doit comporter la mention suivante : le nom ou le numéro « E » du ou des colorants suivi de la mention « peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention chez les enfants ».

L’Erythrosine (E127 : rouge) est mutagène. A forte dose, il provoque chez le rat des tumeurs de la thyroïde, des modifications hormonales, des troubles neurophysiologiques. Il est utilisé exclusivement dans les cerises et les bigarreaux pour cocktails, les cerises confites, les bigarreaux au sirop, à hauteur de 0,015 % à 0,02 % tout en sachant que la DJA (dose journalière admise) est de 0,1 % maxi.

La Cantaxanthine (E161 : orange) est très soluble dans les graisses. Elle peut se fixer dans les membranes cellulaires, notamment la rétine. Avant le 30 juin 1996, elle était autorisée dans de nombreuses charcuteries, surtout dans les saucisses de Strasbourg à hauteur de 0,0015 % (DJA : 0,05 %).

L’Amarante (E123 : Azoïque rouge) a un effet mutagène in vitro. Elle est utilisée exclusivement dans les œufs de poisson et les apéritifs (0,003 % // DJA 0,8 %).

La Tartrazine (E102 : Azoïque jaune) provoque des réactions d’allergie, notamment chez les personnes déjà allergiques à l’aspirine. Elle est utilisée dans les boissons aromatisées sans alcool, les glaces, les desserts, en boulangerie fine, dans les confiseries, les fruits confits, les conserves, les fromages fondus, les sauces, les assaisonnements, les moutardes, les poissons et succédanés, le surimi, les amuses bouches, les boissons spiritueuses, les champignons et petits poids britanniques en conserves…

Le Rouge Cochenille (E124 : Azoïque rouge) appelé Ponceau 4R est sévèrement limité dans son utilisation. Il n’a rien à voir avec l’Acide Carminique Naturel (E120) tiré de l’insecte.

L’Extrait de Rocou à 2,6 % de bixine (E160b : jaune orange) comme les Carotéinoïdes (de E160a à E160f) peut provoquer une sensibilisation latente. La bixine est responsable d’allergies et est antagoniste de la vitamine A.

« …La liberté ne consiste pas à faire n’importe quoi et à manger n’importe comment, mais elle est au contraire et avant tout le choix d’un comportement responsable… » Docteur Pascal LABOURET – Choisir Ses Aliments c’est Manger Mieux.

Les Agents De Texture & Compagnie :

Émulsifiants, Stabilisants, Épaississants, Gélifiants

E338, E339, E340, E341, E400, E401, E402, E403, E404, E405, E406, E407, E408, E410, E411, E412, E413, E414, E420, E421, E422, E440, E450, E460, E461, E462, E463, E464, E465, E466, E470, E471, E472, E473, E474, E475, E476, E477, E480, E481, E482, E483.

Ce sont des agents de texture que l'on retrouve sur l'emballage des produits alimentaires. Ils donnent le volume, la tenue ou le moelleux aux produits. D'une manière générale, ils sont moins toxiques que les colorants, conservateurs ou antioxydants. 









Les Exhausteurs De Goût & Compagnie :






Les Edulcorants & Compagnie :



Lien important pour des dossiers traités particulièrement par BioGassendi : biogassendi.perso.sfr.fr/an2000.htm

Comments