Poèmes de L'Empereur MEIJI

L’Empereur Mutsuhito (3 novembre 1852 - 30 juillet 1912), 122ème Empereur japonais, accède au trône en 1867 et inaugure l’ère Meiji, Nom prestigieux que l’Empereur prendra à sa mort. L’ère Meiji (1868-1912) signifie gouvernement éclairé et désigne une période de réformes radicales permettant ainsi au Japon de sortir de son autocratie, de se tourner vers l’Occident, de s’industrialiser et de transformer son système socio-économique.

Afin d’éliminer ses attachements aux biens terrestres, l’Usui Reiki Ryoho Gakkaï a utilisé la lecture des Gyosei (poèmes) écrit par l’Empereur Meiji, comme nourriture mentale. On dit de l’Empereur Meiji qu’il était un grand médium, doué de facultés spirituelles. Ses vertus naturelles brillaient sur tout le pays, comme le Soleil. Sa sensibilité était comme l’Océan. Son affection résonnait comme la Terre, et ses croyances étaient immuables. Il était aussi un grand Roi de génie et d’une grande maturité.

Fumio Ogawa 

Les poèmes ci-dessous font partie du manuel (Usui Reiki Hikkei) remis aux étudiants de l'association japonaise de Reiki (Usui Reiki Ryoho Gakkai). Pour tous les praticiens japonais de Reiki, ils constituent, avec les Cinq Préceptes, une "nourriture pour l'esprit" et sont de véritables supports de contemplation.

Les 125 poèmes de l'Empereur Meiji, appelés Gyosei, sont écrits dans la forme dite waka. Le waka consiste en cinq syllabes pour la première ligne, sept syllabes pour la deuxième ligne, cinq syllabes pour la troisième ligne, sept syllabes pour la quatrième, et sept syllabes pour la cinquième ligne. Le Dr Usui les utilisait dans ses rencontres Reiki pour aider ses étudiants à se concentrer sur l'essentiel.

"La Quintessence du Reiki" - Frank Arjava Petter

Lors des rassemblements, ou pratiques collectives (Shuyôkai), les poèmes de l'Empereur sont lus à haute voix deux fois.

Tsuki / La lune

Aki no yono

Tsuki wa mukashi ni

Kawaranedo

Yoni naki hito no

Ooku narinuru

La lune d’une nuit d’automne reste tranquille tout comme il y a très longtemps mais beaucoup de gens ont trépassé de ce monde.

Hyakuten Inamoto propose la traduction suivante : Tandis que la lune d’une nuit d’automne reste toujours la même, en ce monde, le nombre de décédés ne cesse d’augmenter.

 

Ten / Le ciel

Asamidori

Sumiwatari keru

Oozora no

Hiroki wo onoga

Kokoro tomogana

Je souhaite que mon cœur soit aussi clair et large que le grand ciel et le pré vert du printemps.

 

Ori ni furete / A l’occasion

Ayamatamu

Koto mo koso are

Yononaka wa

Amari ni mono wo

Omoi sugoseba.

Les gens dans cette société se préoccupent trop et sont trop prudents à tout propos. Nous commettons tous des erreurs quelques fois dans notre vie.

 

Tomo / Amitié

Ayamachi wo

Isame kawashite

Shitashimu ga

Makoto no tomo no

Kokoro naruramu

Le vrai esprit de l’amitié est lorsque chacun de vous signale les erreurs de l’autre et lui fait des remontrances quelle que soit votre intimité.


Ganjyo matsu/iwawo no ue no matsu / Un pin sur un rocher

Arashi fuku

Yo nimo ugokuna

Hito gokoro

Iwao ni nezasu

Matsu no gotokuni

Un pin sur un rocher

Qu’importe comment dur et orageux pourrait devenir le monde, je souhaite que le cœur des gens reste solide et paisible comme un pin enraciné sur un rocher.


Kokoro / Cœur

Ikanaramu

Kotoaru toki mo

Utsusemi no

Hito no kokoro yo

Yutaka naranamu

Qu’importe ce qui se passe (privation et malheur) pendant la durée de la vie, je souhaite que le cœur et l’esprit des gens restent ouverts et abondants.

 

Kyouiku/Oshie / Education

Isao aru

Hito wo oshie no

Oya to shite

Oboshi tatenamu

Yamato nadeshiko

Pour les femmes gracieuses japonaises, je vous prie de choisir comme modèle les personnes méritoires et d’apprendre d’elles votre longue leçon de la vie.

Comments