MIKAO USUI SENSEI

GYOHO MIKAO USUI SENSEI

 

En 1865 - Le 15 août, Gyoho Mikao USUI naît à Taniai-Mura, actuellement Miyama-Cho, province de Yamagata, île de Gifu. Il vient au monde au cours de la première année de la période KEIO, appelée KEIO Gunnen. Son père est Uzaemon Tsunetane USUI, un militaire, et, sa mère est issue de la famille Kawai. Son autre nom se prononce Gyoho. Sa famille est Hatamoto Samurai, rang élevé dans la classe des Samouraïs. Le Nom Ancestral des USUI est Chiba, en référence à Tsunetane Chiba, un Samouraï du 8ème siècle qui gagna la bataille contre les habitants félons de la ville d’USUI.
En 1868 - La restauration impériale de l’Empereur MEIJI commence (1868-1912). Le Japon s’ouvre de nouveau aux Gaïjins. De nombreuses réformes modernes sont introduites en plus d’un retour aux traditions nationales du Confucianisme et du Shintoïsme. Le père de Mikao USUI se rallie au nouveau régime et oriente l’éducation de ses enfants selon les instructions de l’Empereur MEIJI.

En 1869 - A l’âge de quatre ans, Mikao USUI est envoyé dans un monastère du Bouddhisme Tendaï où il apprend aussi le Qi-Gong (Ki – Ko au Japon, on retrouvera dans le Reiki certaines techniques du Ki – Ko comme la Paume d’énergie, la Main de protection…). Cette pratique, qui exige une grande réserve d’énergie pour son utilisation, fait germer dans l’esprit du jeune Mikao le concept d’une méthode de guérison qui ne nécessite pas ce stockage d’énergie, afin d’éviter tout épuisement. Il médite régulièrement sur le Mont Kurama, où réside le siège de son école Bouddhique.

En 1873 - Fin de l’interdiction du Christianisme qui permet à Mikao USUI de s’y intéresser sans danger.

En 1892 - A l’âge de 27 ans, Mikao USUI se convertit au Bouddhisme Shingon, ce qui entraîne des remous dans sa famille. USUI étudie tout ce qui lui tombe sous la main, mais il doit faire face à beaucoup d’adversité : pauvreté, échecs... Il enseigne dans une université chrétienne de Kyoto où un étudiant lui demande un jour s’il porte foi aux guérisons du Christ. Mikao USUI répond que « c’est écrit dans la Bible. » L’étudiant rétorque : « Cette foi aveugle vous suffit peut-être, mais nous, nous voudrions voir ces choses de nos propres yeux… » Cette répartie a une influence décisive sur son avenir.

Il résilie son contrat avec l’Université et part pour étudier les écritures chrétiennes à l’Université de Chicago. Son mémorial indique qu’il se rend à l’étranger : Chine, USA, et Europe. Donc, il voyage dans plusieurs pays occidentaux et en Chine pour étudier, travailler assidûment. Il étudie également la médecine et l’anatomie à Harvard et Princeton. Il devient Docteur en médecine occidentale. En contact avec des médecins Hollandais, il étudie les thérapies occidentales. Il essaye de nombreuses professions : missionnaire Bouddhiste en Occident, fonctionnaire, homme d’affaire (il fait même faillite), journaliste, secrétaire du Bourgmestre de Tokyo, conseiller de gouverneur de Taïwan (1898-1906). Il vit assez librement et n’est pas un moine reclus. Il devient même visiteur de prison.

Puis, il se marie avec Sadako SUZUKI dont il a deux enfants, un fils au prénom de Fuji (1908 – 1946) et une fille (1913 – 1935). Les querelles avec sa famille s’intensifient à cause de ses recherches spirituelles notamment sur les aspects ésotériques du Bouddhisme et du Christianisme. Il affirme alors vouloir expérimenter durablement un état spirituel appelé « Anshin RITSUMEI », qui se manifeste par la cessation des pensées discursives conditionnées par le karma et l’apparition d’une intuition transcendante inspirant tout acte (c’est l’état de « Dzogchen » du Bouddhisme Tibétain).

Mikao USUI revient au Japon et fait valider son diplôme par décret de l’Empereur MEIJI, afin de pouvoir exercer dans son pays natal. Il continue à étudier la chirurgie de haute précision et la pharmacologie. Il pratique la médecine générale dans la région d’Osaka.

En 1912 - L’Empereur MEIJI meurt, son fils Taisho lui succède. C’est le début de la période Taisho.

En 1918 / 1919 Mikao USUI pratique le Bouddhisme Zen pendant trois ans.

En 1922 - Un jour, il se rend dans une boutique de Kyoto et se fait acquéreur d’un vieux coffre de bois laqué, avec sur son couvercle, un sceau du Temple Emoriji du culte Bouddhiste Shingon. Il vient de découvrir le Tantra de l’Eclair. Après avoir lu les textes contenus dans ce coffret, il envoie un émissaire en Chine et au Tibet pour voir si un texte complémentaire existe. Le texte qu’on lui ramène du Tibet contient deux chapitres qui manquent aux siens. Il étudie donc ces textes, corrige le Sanscrit de son exemplaire, et y découvre les Principes de Vie : purification et élévation du corps, soins spirituels de notre corps, maintien de notre corps en bonne santé. « Il se met à étudier le Sanscrit, et ce faisant, il découvre une formule claire, simple comme le jour. Et il dit : Très bien, je l‘ai trouvé ; mais maintenant je dois l’interpréter car elle a été écrite il y a 2 500 ans.

Inquiet de ne pas atteindre l’immédiat Satori du Zen, il demande à son Maître que faire. Il obtient la réponse : « Éveilles-toi ! ». En mars 1922, il se rend sur le Mont Kuruma pour atteindre l’Eveil. Il pratique le « Shyu-Gyo », une discipline de jeûne et de méditation d’une durée de 21 jours, semblable au Nyoung-Naï Tibétain. Il choisit l’endroit où il veut méditer et empile 21 cailloux devant lui, pour maîtriser le temps. C’est au 21ème jour, que quelque chose de blanc se met à tourner au-dessus de sa tête et lui révèle le Reiki. Le terme de Reiki fait référence à une grande lumière blanche dans laquelle se manifeste la présence Divine. Il comprend que cette atmosphère se manifeste à lui, à volonté, pour produire notamment des effets de guérison.

Plus tard, Mikao USUI raconte ceci :

«  Le 21ème jour, j’ai senti l’influence des constellations du zodiaque comme un cercle au-dessus de ma tête et j’ai reçu alors l’initiation spontanée à cette méthode de guérison, du Tantra de l’Eclair. J’ai perçu une grande lumière venant de ma droite et puis une sorte d’écran devant moi. Mes yeux étaient collés à cet écran et j’y ai vu apparaître « in extenso » ce que j’avais étudié en Sanscrit, le contenu du coffret, donc le Tantra de l’Eclair, puis chaque lettre en sortir et se dissoudre une à une ».

Mikao USUI vient de recevoir spirituellement l’initiation au Reiki, étymologiquement Rei-Ki, le souffle du cercle. Il vient de voir les symboles de Reiki, et à mesure qu’il voit chaque symbole, il reçoit des indications pour en activer l’énergie curative. C’est la première initiation au Reiki, la redécouverte psychique d’une méthode ancestrale.

Mikao USUI quitte ainsi le Mont Kurama en étant capable de guérir, comme Bouddha ou Jésus. En descendant la montagne, il fait l’expérience de ce qu’on nomme traditionnellement, les quatre miracles. D'abord, il se cogne l’orteil en marchant. Il s’assoit instinctivement et l’entoure de ses mains qui deviennent chaudes et l’orteil blessé guéri. Ensuite, il arrive à une maison qui sert aux pèlerins, au pied de la montagne. Il demande un repas, chose imprudente après un jeûne de 21 jours, mais il mange sans problèmes. La femme qui lui sert le repas souffre d’un mal de dents. En plaçant ses mains sur les côtés de son visage, il soulage sa douleur. Quand il revient à son monastère, on lui dit que le Supérieur est au lit avec une attaque d’arthrite. Il le traite et l’énergie Reiki guérit aussi le moine.

USUI appelle cette énergie curative Reiki, mot qui signifie « Energie Vitale Universelle ». Il commence par utiliser le Reiki sur lui, puis sur les membres de sa famille. Il commence à constituer un manuel de soin qui deviendra l’USUI Reiki HIKKEI.

En Avril 1922 – Il fonde la Usui Reiki Ryoho Gakkaï et ouvre une clinique de soin Aoyama à Tokyo. Pendant ses études du Shintô et du Mikkyo, il reçoit le Reiju, c’est-à-dire la capacité de transmettre une initiation spirituelle traditionnelle, et apprend l’Hatsurei-Hô, une technique de purification de l’énergie, de la parole et du souffle (corps, âme, esprit). On a la trace qu’il a donné un Reiju à Harajuku, en banlieue de Tokyo, dès 1922. Mikao USUI institutionnalise le Shoden (1er degré), qui est accessible à tous, et sans position particulière des mains mais en suivant les indications du scanning. Il enseigne le Reiji-Hô et donne l’accès à ses notes de soins, l’USUI Reiki Hikkei, diffusé par l’association qu’il a créée (il y a trois versions de ce texte). L’USUI Reiki Gakkai est toujours existante de nos jours, ce qui signifie : Centre de guérison USUI. Il commence non seulement à donner des soins, mais aussi à enseigner la méthode et à former des praticiens. Donc, à partir de 1922 et jusqu’à sa mort en 1926, il enseigne à 2 000 élèves. Le but du Reiki est d’atteindre l’état de paix total, la sérénité des anciens sages. Les étudiants qui suivent l’enseignement de Mikao USUI dans ce but deviennent membres de la « Reiki Ryoho Gakkai ». Le « USUI Reiki Ryoho » est divisé en 3 niveaux principaux. Les membres administrateurs de la Gakkai sont tous choisis parmi les élèves du niveau le plus élevé, ainsi que les présidents de la Gakkai après la mort de Mikao USUI. Mikao USUI reçoit aussi des personnes pour des séances de Reiki dans son centre. Les membres de la Gakkai ne doivent pas donner seuls des séances avant d’atteindre le niveau le plus élevé de la méthode.

En 1923 - Un séisme fait 140 000 morts. Les victimes survivantes souffrent toutes de traumatismes et la demande en Reiki est forte. Ce tremblement de terre laisse des centaines de mendiants dans les rues à qui, Mikao vient en aide.

En 1925 - Mikao ouvre un cabinet de soins plus important au centre de Tokyo, dans un nouveau quartier, Nakano. Il se met à voyager à travers le Japon pour répandre le Reiki. Mikao USUI souhaite que le Reiki ne soit pas réservé à une minorité, mais étendu le plus largement possible. Il estime que le Reiki doit être à la disposition de tous, que le Reiki soigne non seulement le corps, mais aussi l’âme. Mikao USUI devient pèlerin. Il traverse à pied tout le Japon pour diffuser le Reiki, traitant, enseignant et donnant des conférences. C’est ainsi qu’il rencontre Chujiro HAYASHI, un officier de marine de réserve à la retraite.

1926Le 9 mars, USUI Senseï succombe à la dernière de ses attaques cardiaques, celle-ci touche le cerveau. Il meurt à Fukuyama dans le district d’Hiroshima, lors d’une tournée à Kuré et Saga. Il avait 62 ans et avait pratiqué le Reiki la veille même.

1927 - En février, les étudiants de Mikao USUI érigent une stèle funéraire en son hommage. Le Maître laisse plus de 2000 étudiants dont 17 formés au Shinpiden, Maîtrise Praticienne, 3ème degré Reiki USUI : 4 officiers de la Marine, 5 moines Bouddhistes et 8 associés de la clinique, notamment Juzaburo Ushida (celui du mémorial), Kan’ichi Taketomi, Chujiro Hayashi, Yoshiharu Watanabe, Toshihiro Eguchi, Masayuki Okada, Tetsutaro Imaizumi, Sano’o Tsuboi et Haru Nagao. Tous les étudiants de Mikao USUI ont été déclarés au Ministère de l’Education Nippon car la technique du Maître Enseignant avait été reconnue par le Parlement et le Ministère de la Santé.

L’expansion du Reiki en Occident est due d’un côté, à la branche nippo-américaine de Mme Hawayo TAKATA et de sa petite-fille Phyllis LEI FURUMOTO qui transmirent les principes élémentaires du Reiki et des techniques très simplifiées. Elles formèrent des Maîtres Occidentaux à partir des années 1970, principalement dans le courant « New Âge » et les spiritualités contemporaines. De l’autre côté, l’expansion du Reiki s’effectue par la branche japonaise directement liée à l’un des élèves de Mikao USUI, Chujiro HAYASHI, introduite directement depuis le Japon en Europe au début des années 2 000.

Comments